Les chaudières électriques, privilégiées par les ménages français, sont plus écologiques, moins chères et plus faciles à installer que les chaudières au gaz. Cependant de nombreuses personnes font le choix d’une chaudière au gaz lorsqu’il s’agit d’équiper un logement en chauffage ou de remplacer une chaudière existante. Le point sur les réels inconvénients d’une chaudière au gaz.

Les deux types de chaudière au gaz

Il existe deux types de chaudière au gaz : la chaudière au gaz naturel (méthane) et la chaudière au gaz propane. Ceux qui optent pour une chaudière au gaz n’ont pas à hésiter longtemps entre ces deux combustibles, tant le gaz naturel est plus intéressant que le gaz propane. Mais les logements non reliés au réseau de gaz de ville et souhaitant absolument disposer d’une chaudière au gaz n’ont pas le choix : il leur faudra opter pour une chaudière au gaz propane. C’est le cas des la plupart des logements à la campagne par exemple.

La chaudière au gaz naturel (gaz de ville)

Comme expliqué ci-dessus, il faut obligatoirement être relié au réseau de gaz de ville pour pouvoir s’équiper d’une chaudière au gaz naturel.

Plus polluant, le méthane rejette plus de CO2 que le gaz propane, ainsi que de l’oxyde d’azote.

La chaudière au gaz propane (GPL)

Si l’on opte pour une chaudière à gaz approvisionné en propane, il faut relier l’appareil à une citerne de stockage. Le foyer doit, de ce fait, prévoir et disposer d’espace à l’extérieur du logement pour l’installation de la citerne. Ce type de chaudière revient donc encore plus cher lors de l’investissement initial puisqu’il faudra payer pour l’installation de la citerne. Elle peut être enterrée pour plus d’esthétisme, mais cela ajoute encore des frais.

De plus, le propane est un gaz qui coûte cher, plus que le gaz naturel.

Enfin, il faudra prévoir de faire remplir régulièrement la cuve par camion-citerne, opération coûteuse.

Inconvénients communs aux deux types de chaudières

Qu’il s’agisse de la chaudière au gaz naturel ou au gaz propane, notez que cette solution n’est pas écologique en raison du rejet de CO2 dans l’atmosphère (le gaz propane en rejette un peu moins que le méthane).

Contrairement à la chaudière électrique, l’installation est complexifiée par l’installation de conduits d’évacuation, là où une chaudière électrique ne requiert qu’un simple raccord électrique.

Pour ce qui est de l’entretien, une chaudière à gaz nécessite une vérification annuelle obligatoire. À l’issue de celle-ci, des réglages ou des travaux de maintenance sont souvent recommandés. Deux coûts supplémentaires. Notez que ces entretiens et ces vérifications sont obligatoires dans la mesure où ils permettront de prendre connaissance des pièces défectueuses.

Par ailleurs, et contrairement à la chaudière électrique, il existe un risque d’intoxication ou d’explosion en cas de défaillance du matériel. D’où l’importance de l’entretien annuel.

Quelle est la meilleure option en matière de chaudière à gaz ?

Si l’on est obligé d’opter pour une chaudière au gaz, mieux vaut se tourner vers une chaudière au gaz naturel si toutefois le logement y est raccordé, ce qui n’est pas toujours le cas. Et le mieux est alors d’opter pour une chaudière au gaz dite « à condensation ».

Plus chère à l’achat, celle-ci reste cependant plus économe puisqu’elle demande moins de consommation en gaz, et permettra de rentabiliser l’investissement initial sur le long terme. D’ailleurs, elle est classée parmi les chaudières qui répondent le mieux aux nouveaux critères de rénovation énergétique.

Publié le

Partager cette page sur :