Choisir son mode de chauffage n’est pas toujours évident, notamment lorsque l’on souhaite réaliser des économies. Pour faire le bon choix, il est essentiel de prendre en compte les différents coûts relatifs au chauffage (installation, prix des énergies, entretien, etc.). Quels sont-ils ? Quel mode de chauffage choisir ?

Coût des modes de chauffage : que faut-il prendre en compte ?

Pour bien choisir son appareil de chauffage, prendre en compte les coûts des énergies ne suffit pas. D’autres éléments doivent être considérés pour comparer le coût des différents modes de chauffage :

  • La facture d’énergie

Celle-ci comprend l’abonnement (part fixe) et le coût proportionnel à votre consommation (part variable). C’est la facture que vous payez à votre fournisseur d’énergie.

  • Les dépenses de fonctionnement

Elles concernent les coûts liés à la consommation électrique des installations de production et de distribution pour l’acheminement du chauffage et de l’eau chaude sanitaire. Plus ces derniers consomment, plus la facture sera élevée.

  • L’entretien des installations

Certaines installations, notamment les chaudières fioul ou les chaudières au gaz de ville, doivent faire l’objet d’un entretien annuel obligatoire.

  • Le renouvellement ou l’achat du matériel

Dans le cas d’une nouvelle installation, il faut prendre en compte les coûts liés à l’achat et l’installation de l’appareil de chauffage, ainsi que des accessoires annexes. Une chaudière à granulés impliquera l’achat d’un silo de stockage, par exemple, tandis que l’installation d’une chaudière au gaz de ville nécessitera le passage de Qualigaz (pour valider la conformité de l’installation), ainsi qu’un coût supplémentaire pour le raccordement au gaz et la pose du compteur.

> À lire aussi : Combien coûte l’installation d’une chaudière ?

La comparaison économique des différents modes de chauffage : que choisir ?

Une analyse menée par l’association AMORCE démontre que le chauffage au gaz naturel individuel à condensation, ainsi que le chauffage au fioul, font partie des modes de chauffage les plus chers. La facture énergétique globale est en effet l’une des plus élevées à l’année. La pompe à chaleur individuelle, malgré le crédit d’impôt dont elle bénéficie, reste une solution extrêmement coûteuse, tant au niveau de prix d’achat, que des coûts annexes (notamment le forage coûteux dans le cas d’une pompe à chaleur géothermie).

En matière de coût global, le chauffage électrique se situe en dessous des modes de chauffage mentionnés précédemment. Un résultat qui s’explique par une installation facile et rapide qui n’implique pas, ou peu, de coût, ainsi que l’absence d’obligation de maintenance (les contrats d’entretien impliquant un coût de 130 € à 250 € par an pour les autres modes de chauffage). De plus, le coût d’achat d’une chaudière électrique est l’un des moins élevés, même pour les plus performantes. La chaudière Mini Europe, par exemple, est accessible à partir de 649 €, pour un prix allant jusqu’à 945 €. A noter également que :

  • malgré les idées reçues, le chauffage électrique n’implique pas de combustion et ne dégage aucune fumée toxique ;
  • c’est une installation sûre, qui ne présente aucun risque d’intoxication ou d’explosion ;
  • il est facile de réguler sa consommation grâce à des dispositifs comme les thermostats d’ambiance, les modes confort et éco, la programmation du chauffage, etc. Ces derniers ne sont pas à négliger, et permettent de réaliser des économies sur votre facture de chauffage allant jusqu’à 45 %.
Publié le

Partager cette page sur :